Vous êtes ici : Accueil | Qualité et disponibilité des services de communications électroniques | La couverture mobile et la qualité de service mobile

La couverture mobile et la qualité de service mobile

Comment se définit la qualité de service mobile ?

La notion de qualité de service constitue une information destinée à rendre compte des performances variables perçues par un utilisateur des services offerts dans la zone de couverture de son opérateur. Elle complète ainsi la notion de couverture et constitue une information destinée à fournir un comparatif des performances globales attendues, entre les différents opérateurs mobiles, au sein de leur zone de couverture.

Les expériences de chaque utilisateur sont très variables en fonction de la localisation et du moment, et dépendent de choix propres à l’utilisateur comme son terminal et l’offre qu’il utilise. Afin de rendre compte de manière objective, comparable et reproductible de la qualité offerte pour un service donné, il est nécessaire de définir, d’une part, plusieurs indicateurs permettant de rendre compte de cette qualité (par exemple, le taux de communications de qualité vocale parfaite pour le service voix, ou le débit  médian pour le service de transfert de fichiers), et, d’autre part,  la configuration d’utilisation dans laquelle celle-ci est mesurée.

L’ARCEP procède chaque année, depuis 1997, à des mesures de qualité de service sur les réseaux mobiles des opérateurs. Elles se fondent sur des campagnes de mesures sur le terrain réalisées par des prestataires indépendants.

Les mesures réalisées durant ces enquêtes annuelles ont été adaptées au fil des années, afin de traduire les évolutions des réseaux et du marché mobile.

Les mesures sur le réseau 4G ayant eu lieu en 2013 et 2014 ont été effectuées à titre expérimental.  Ainsi, les mesures, qui concernaient la qualité de service fournie aux utilisateurs sur les réseaux 2G et 3G jusqu’en 2013, sont maintenant complétées par des mesures portant sur les réseaux 4G des opérateurs.

Par ailleurs, initialement centrées sur le service « voix », les enquêtes de qualité de service se sont progressivement enrichies de mesures sur  les services de messagerie, tels que le « SMS », puis les services de données à haut et très haut débit mobile.

La synthèse et les résultats de l’enquête 2013-2014 relatifs à la qualité des services de voix et de données des opérateurs de réseaux mobiles en France métropolitaine sont disponibles ici.

Qu’est-ce que la couverture mobile ?

Une zone de territoire est considérée comme couverte par un réseau mobile lorsqu’il est possible de passer un appel téléphonique et de le maintenir durant une minute, à l’extérieur des bâtiments et en usage piéton. Il convient de souligner qu’une zone est déclarée couverte si la probabilité est suffisamment forte de pouvoir accéder au réseau.

La couverture doit pouvoir s’apprécier à un niveau local et nécessite que soit fixée une configuration de référence. Ainsi, la notion de couverture mobile fait appel à des indicateurs objectifs  (taux de réussite d’appels ou de connexion au réseau), et à des conditions bien identifiées (à l’extérieur des bâtiments, en usage piéton).

Quel est l’aménagement actuel du territoire en matière de couverture mobile ?

La superposition des couvertures des différents opérateurs fait apparaitre différentes zones, classées en trois catégories :

  • les zones dites  « noires »  dans les cas où tous les opérateurs sont présents ;
  • les zones dites  « grises » dans les cas où seulement certains opérateurs sont présents ;
  • les zones dites « blanches » dans les cas d’une absence totale de couverture. (NB : l’examen de la répartition des zones blanches  sur le territoire montre qu’une grande partie d’entre elles est concentrée dans des zones montagneuses).

Pour des raisons techniques et économiques, les opérateurs ne sont pas en mesure de proposer une couverture mobile dans toutes les configurations d’usage sur l’ensemble du territoire, et notamment à l’intérieur des bâtiments. En conséquence, l’ARCEP n’impose pas, dans les obligations mises à la charge des opérateurs, de couvrir 100% de la population.

En tenant toutefois compte des obligations imposées par les licences qui leur sont délivrées, les opérateurs définissent librement leur stratégie d’investissement dans le déploiement de leur infrastructure sur l’ensemble du territoire. Ceci explique que certaines zones ne soient couvertes par aucun opérateur.

Les communes dont le centre-bourg n’était desservi par aucun opérateur ont  fait l’objet d’un programme gouvernemental d’extension de la couverture mobile, qui a débuté en 2003. Il a pour objet d’assurer la disponibilité des services mobiles de tous les opérateurs  dans les centres-bourgs de l’ensemble des communes. Ce programme, piloté par le CGET (Commissariat Général à l’Egalité des Territoires), est actuellement en cours d’achèvement.

La couverture du centre-bourg ne signifie pas pour autant que l’ensemble de la commune est couvert. En effet, la méthodologie de mesure de la couverture mobile définie par l’ARCEP  permet l’identification des parties couvertes ou non couvertes du territoire d’une commune. A l’inverse, l’objectif du programme d’extension de la couverture en zones blanches  relève d’une autre logique : une commune est réputée couverte dès lors que son centre-bourg  est couvert. Ceci explique l’existence, même après l’achèvement de ce programme, de zones non couvertes au sein des communes, du point de vue de la définition de la couverture retenue par l’ARCEP.

Les dernières données concernant la couverture des opérateurs mobiles et l’étendue des zones blanches, grises et noires sont présentes sur le site de l’ARCEP, dans la rubrique « observatoires » : http://www.arcep.fr/index.php?id=12433&L=1

Comment savoir si mon domicile est couvert, à l’extérieur des bâtiments, en téléphonie mobile ?

Afin de favoriser la meilleure transparence possible en matière de couverture mobile, les opérateurs mobiles sont tenus de publier leurs cartes de couverture et de les faire valider par des enquêtes de terrain conduites selon les protocoles publics définis par l’ARCEP dans sa décision n°2014-0387 du 25 mars 2014.

Lien vers les cartes de couverture des opérateurs :

Ces cartes représentent la couverture que les opérateurs apportent à l’extérieur des bâtiments à un piéton. Elles font apparaître, au minimum, avec une échelle au moins égale à 1 / 50 000 :

  • les centres-bourgs des communes ;
  • les axes de transport prioritaires ;
  • les limites et les noms des communes ;
  • l’échelle ;
  • une légende détaillée.

Les opérateurs sont garants des cartes qu’ils publient, et la cohérence de ces cartes de couverture avec la réalité du terrain fait l’objet de vérifications annuelles de la part de l’ARCEP par une campagne de mesures sur le terrain dans une sélection de cantons.

Ces sondages montrent que les cartes présentées par les opérateurs ont globalement un degré de fiabilité élevé (environ 98% pour les cartes 2G). Il n’est cependant pas exclu que localement, les cartes publiées puissent présenter des inexactitudes, auquel cas il est demandé à l’opérateur de corriger la situation. Une fiabilité de 100% des cartes est très difficilement atteignable en raison du nombre et de la complexité des paramètres ayant un impact sur la propagation radioélectrique des ondes.

Les opérateurs n’ont pas d’obligation de publication de cartes montrant la couverture à l’intérieur des bâtiments. Il est en effet complexe de prédire une couverture apportée à l’intérieur des bâtiments, car celle-ci va dépendre de nombreux paramètres, notamment de la nature des murs du bâtiment.

Quels sont les pouvoirs d’intervention de l’ARCEP auprès des opérateurs au sujet de la couverture mobile ?

Concernant la couverture et la qualité de service mobile, l’ARCEP intervient dans deux domaines, que sont le contrôle des obligations des opérateurs, et la fourniture d’informations aux consommateurs.

En ce qui concerne les obligations des opérateurs, l’ARCEP contrôle, aux échéances fixées dans les autorisations des opérateurs, l’atteinte de leurs obligations de déploiement (il s’agit en général d’un taux de couverture minimum de la population, à l’extérieur des bâtiments). L’ARCEP procède pour cela en deux étapes : vérification sur le terrain de la fiabilité de la carte de couverture fournie par l’opérateur, puis calcul de la population couverte en superposant cette carte de couverture à une base de données géographique de répartition de la population française.

En matière d’informations des consommateurs :

      • d’une part, les opérateurs ont l’obligation réglementaire de publier des cartes de couverture sur leurs sites internet. L’ARCEP veille au respect de cette obligation et vérifie par des mesures sur le terrain que les cartes publiées par les opérateurs sont cohérentes (cf. question « comment savoir si mon domicile est couvert, à l’extérieur des bâtiments, en téléphonie mobile). Dans le cas où les cartes publiées présentent des inexactitudes, il est demandé à l’opérateur de mettre sa carte en conformité avec la réalité du terrain. Pour en savoir plus sur les obligations des opérateurs en matière de déploiement mobile, vous pouvez consulter la page dédiée sur le site de l’ARCEP : http://www.arcep.fr/index.php?id=9193
      • Les mesures de qualité de service sur le réseau 4G ayant eu lieu en 2013 et 2014 ont été effectuées à titre expérimental et les données recueillies ont ainsi été agrégées. Depuis 2015, les mesures relatives à la qualité de service fournie aux utilisateurs par opérateur sur les réseaux 2G et 3G sont complétées par des mesures portant sur les réseaux 4G.

        Par ailleurs, initialement centrées sur le service « voix », les enquêtes de qualité de service se sont progressivement enrichies de mesures sur les services de messagerie, tels que le « SMS », puis les services de données à haut et très haut débit mobile.

        Les derniers résultats des mesures relatives à la couverture et la qualité des services de voix et de données des opérateurs de réseaux mobiles en France métropolitaine ainsi que toutes les informations concernant les services de téléphonie mobile sont disponibles ici www.arcep.fr/observatoire/suivi-des-reseaux-mobiles.

         

 

Date de la dernière mise à jour : 7 janvier 2016

Une information erronée ? Cliquez.

Haut de page